L’importance de l’inspection pré-achat

Cet article a été rédigé par monsieur Jean-Pierre Garcia, courtier immobilier 

Afin d’éviter les mauvaises surprises, et dans le but de protéger votre investissement, il est toujours recommandé de recourir aux services d’un expert en bâtiment, faisant partie d’une organisation reconnue telle que l’AIBQ et détenteur d’un permis et d’une assurance professionnelle, pour faire l’inspection de votre future propriété.

Le but de l’inspection est de s’assurer que la propriété que vous désirez acheter ne présente pas de problèmes majeurs susceptibles d’engendrer des coûts que vous n’auriez pas soupçonnés. L’inspecteur qualifié pourra identifier grâce à son expérience les divers problèmes existants ou à venir. Cette inspection généralement visuelle ne révèle pas cependant ce qui est invisible à l’œil nu comme de la moisissure en arrière des murs d’un sous-sol fini, un drain français non fonctionnel ou partiellement endommagé, etc. Cependant, des indices pourront mettre sur la piste l’inspecteur expérimenté grâce à une foule de détails qui auraient pu vous échapper. Sachez qu’il existe aussi une multitude de tests et d’analyses qui permettent d’identifier certaines situations plus complexes (test de pyrite, qualité de l’air, etc.).

Mais l’inspection pré-achat a également un autre but moins connu, mais tout aussi important. En effet, si à la suite de l’achat de votre maison vous découvrez un problème et que vous deviez avoir recours aux tribunaux, l’inspection pré achat pourra être très utile pour démontrer au juge que vous avez fait toutes les démarches nécessaires pour éviter ce genre de situation, que vous n’avez pas été négligent et que vous avez fait appel à un expert. D’ailleurs, ce dernier pourra être un excellent témoin.

À retenir : assurez-vous que l’inspecteur sur lequel votre choix s’est arrêté possède une assurance responsabilité professionnelle contre les fautes, erreurs et omissions.

Astuce pour augmenter la durée de vie de votre toiture

Saviez-vous que vous pouvez augmenter la durée de vie des bardeaux de votre toiture si vous faites installer un ventilateur de type Maximum ?

Effectivement, cette installation peu coûteuse en vaut la peine! Ce ventilateur permet de remplacer l’air vicié et humide de l’entretoit par l’air frais extérieur et ainsi de diminuer la température à cet endroit.

 

Résultats ?
– Éviter que les bardeaux s’usent prématurément.
– Contribuer à réduire la température des pièces de la maison qui sont situées sous le toit.

Par ailleurs, si vous climatisez durant l’été, vous obtiendrez un meilleur rendement énergétique à moindre coût.

Agir cet été, vendre cet automne

Hé oui, l’heure de la rentrée a presque sonné. Pour de nombreuses personnes qui caressent le projet de déménager, cette période de l’année est l’occasion de passer à l’action et d’afficher leur maison à vendre. Si vous êtes de ceux-là, sachez qu’aujourd’hui est le jour idéal pour commencer la préparation de votre maison.

Il ne s’agit pas d’entamer des travaux de reconstruction extrême, rassurez-vous. L’objectif est d’identifier certains éléments pouvant être améliorés et de réaliser les derniers travaux de finition afin que votre maison s’offre aux visiteurs sous son meilleur jour. Le fait de vous y mettre dès maintenant vous permettra non seulement d’être prêts lorsque vous déciderez de passer à l’acte, mais aussi de profiter des températures idéales qu’offrent les mois d’août et septembre pour la réalisation des travaux.

Attardez-vous aux détails afin que chaque élément contribue à laisser une première impression positive aux acheteurs potentiels. La fameuse première impression est bel et bien cruciale, même pour une maison. Cela passe notamment par la porte d’entrée ! Une belle porte propre contribue à ce que le premier contact soit positif. Idem pour la lumière extérieure installée tout près. Si son apparence vous agace chaque fois que vous la voyez, il n’en sera certainement pas autrement pour vos visiteurs!

Par ailleurs, l’occasion est parfaite pour vous occuper des retouches de peinture, dedans comme dehors. Un temps trop chaud risquerait de faire soulever la peinture. Maintenant que les journées se rafraîchissent, le patio ou la clôture qui sont à repeindre n’attendent que vous! Même chose si vos fenêtres de bois doivent être décapées… Voilà le genre de choses qu’il vaut mieux faire par une belle journée d’été.

N’oubliez pas de jeter un coup d’œil à votre aménagement paysager. Sans nécessairement être extravagant, votre terrain doit néanmoins être entretenu. Si les mauvaises herbes ont pris le dessus sur votre gazon, vous devriez songer à faire traiter le problème. Dans les cas extrêmes, il peut être plus simple et efficace de poser une nouvelle tourbe. C’est aussi une période de choix pour voir à la taille des haies et des arbustes.

 

Finalement, quelle que soit la nature des travaux que vous avez identifiés pour améliorer votre demeure, sachez que si vous désirez obtenir l’aide d’ouvriers, ces-derniers sont généralement assez disponibles en cette période de l’année.

Une évaluation, s’il vous plait

Lorsque vous songez à vendre votre maison, il est judicieux d’obtenir une évaluation professionnelle de la valeur de celle-ci. Cela vous permettra d’avoir une meilleure idée du montant que vous pourriez obtenir. Vous validerez du même coup la faisabilité des projets que vous aviez en tête pour la suite et éviterez les mauvaises surprises. Saviez-vous que notre équipe vous propose d’obtenir une première évaluation en ligne?

Aussi, si vous comptez effectuer des rénovations dans votre prochaine maison, n’oubliez pas les possibilités qu’offre le prêt-réno.

Bonne préparation!

Photo:  Sir Mildred Pierce

Immobilier : Mythes ou réalités

Promesses d’achat multiples

Selon la croyance populaire, les vendeurs doivent accorder la priorité à la première promesse d’achat qui leur est présentée.

En présence de plusieurs promesses d’achat (deux, trois ou même plus), le vendeur n’est nullement tenu de respecter l’ordre des offres reçues. Le vendeur peut privilégier une des promesses d’achat plutôt qu’une autre, et ce, pour plusieurs raisons, soit à cause du prix proposé, de la date de prise de possession, etc.

Il faut évidemment prendre en considération les délais accordés au vendeur pour répondre à un acheteur présentant les meilleures conditions d’achat, mais il existe une multitude de variables.

Pyrite

Dans une zone à risques en matière de pyrite, il est tout à fait faux de croire que parce que vos voisins immédiats ont obtenu un résultat négatif lors d’une analyse des matériaux de remblai de leur propriété, que le remblaiment de la vôtre n’en contienne aucune trace.

Aujourd’hui et dans la plupart des cas, les futurs acheteurs prévoient, dans leur promesse d’achat, une clause exigeant une analyse des matériaux de remblai ou un certificat DB pour les immeubles plus récents. L’analyse pétrographique doit être effectuée par un laboratoire qui respecte le protocole établi, soit le test CTQM-200 et le rapport doit absolument indiquer l’adresse de la propriété où l’analyse a eu lieu.

Hypothèques

Plusieurs propriétaires, en vendant leur maison, croient que l’hypothèque contractée est transférable d’une propriété à l’autre.

Ce qui est important de se rappeler c’est que l’hypothèque est octroyée à l’achat du bien immobilier. Advenant qu’en cours de terme vous vendiez votre propriété, votre hypothèque pourrait être assumée par l’acquéreur. Mais qu’en est-il si vous ne voulez pas courir les risques associés à cet endossement?

Si vous remboursez votre prêt avant terme, vous aurez sans doute une pénalité. Cependant, vous pourriez, dans la plupart des cas, négocier, avec la même institution prêteuse, une nouvelle hypothèque lors de l’achat de votre future maison à condition de le faire dans un laps de temps déterminé par cette institution, et ce, dans le but d’éviter une pénalité ou de la minimiser.

En aucun cas, une hypothèque ne peut être transférée d’une propriété à l’autre.

L’importance de l’inspection préachat : parce qu’on ne le répétera jamais assez!

Ça y est! Vous êtes certain d’avoir enfin déniché la propriété de vos rêves. Tout semble en ordre, pas de bris, toiture récemment refaite. Vous hésitez à payer pour faire faire une inspection et êtes tenté de demander l’avis de votre père ou de votre ami entrepreneur. Hmmm…?

Une inspection préachat a pour but de déterminer quels sont les problèmes existants ou qui pourraient survenir. Ces problèmes peuvent être d’ordre mineur ou majeur, connus ou inconnus du vendeur. En faisant appel à un inspecteur, vous pourrez, entre autres, être informé des travaux à effectuer à court terme. Certains travaux, comme  le changement du drain français, une toiture à refaire ou des problèmes de fondation sont très coûteux. C’est grâce à ces renseignements que vous serez en mesure de négocier à la baisse le prix de vente, si des rénovations majeures sont à effectuer, ou d’annuler l’offre d’achat.

Il est très important de retenir les services d’ un inspecteur qualifié :

  • détenteur d’une assurance responsabilité en vigueur pour les erreurs et les omissions;
  • membre en règle d’un ordre professionnel pertinent.

Dans tout ce processus, il y a un document légal fort important, rempli et signé par le vendeur, qui permet à l’acheteur et à l’inspecteur de connaître l’état général de l’immeuble : La déclaration du vendeur. Cette déclaration est également fort utile si, par hasard, vous êtes obligé d ‘aller devant un tribunal  pour poursuivre le vendeur pour avoir omis, volontairement ou involontairement, de vous avoir révélé un problème dont il connaissait l’existence.  C’est ce que nous appelons les vices cachés!

Certains acheteurs retiennent les services d’un membre de leurs famille ou d’un ami. Sachez que si vous devez aller devant les tribunaux pour vice caché, le juge peut rejeter votre cause si :
– vous n’avez pas fait appel à un inspecteur certifié;
– vous vous êtes adressé à un proche et que celui-ci  n’est pas un inspecteur reconnu.

Les vices cachés ou les réclamations importantes doivent être accompagnés d’une solide expertise appuyée d’un rapport écrit et de photos.

L’inspection préachat c’est donc quelques dollars très bien investis!

 

 

Article rédigé par l’agence immobilière Garcia & Lapierre.

Et le drain français, y avez-vous pensé ?

Vous êtes en plein processus de vente de votre propriété. À la suite de l’inspection de votre maison, vous apprenez de l’inspecteur en bâtiment qu’il y a des signes d’humidité le long de vos fondations intérieures. L´inspecteur vous recommande de contacter un spécialiste en fondations…et ce spécialiste vous informe que votre drain français devra être changé! Ignorer le problème mènerait sans aucun doute à une diminution de la valeur marchande de votre maison.

Mais tout d’abord, qu’est-ce qu’un drain français ? Le site Web de l’entreprise Drainage Expertech présente une très bonne définiti0n : « Le principal rôle du drain français est de contrôler les variations du niveau de la nappe phréatique pour empêcher l’eau de monter par-dessus la semelle du bâtiment, ce qui occasionne des infiltrations d’eau. Les premiers symptômes d’un drainage inefficace sont une légère ligne de poudre blanche appelée efflorescence à la base du solage, humidité élevée au sous-sol, infiltration d’eau et fissures sur le plancher et la fondation. »

Mais, avant de vous laisser gagner par la panique, vous devriez dans un premier temps faire venir un deuxième, et peut-être même un troisième spécialiste. Il est également conseillé, dans certains cas, de demander un examen interne du conduit par caméra. En effet, il arrive parfois que le drain soit partiellement non fonctionnel et qu’une réparation plutôt qu’un changement du drain soit possible, ce qui pourrait vous faire sauver des milliers de dollars, sans compte les désagréments que cela vous éviterait : excavation du tour du solage, aménagement paysager endommagé, etc.

Si une réparation n’est pas possible et qu’un changement du drain s’impose, dites-vous que ces travaux vous permettront de vendre plus rapidement et, probablement, de vendre à un prix qui se rapproche davantage de votre objectif.

 

Article rédigé par l’agence immobilière Garcia & Lapierre.

La pyrite : un problème à ne pas négliger

Vous vous apprêtez à signer une promesse d’ achat pour une maison que vous venez de visiter. Vous recevrez sans doute une analyse des matériaux de remblais (test de pyrite) si la propriété est située dans une zone dite à risque. Comme l’explique l’OACIQ dans un article publié en 2013, « la pyrite est une molécule de sulfure de fer présente dans la pierre de remblai utilisée en construction. Elle peut donc se retrouver autour des drains de fondation et sous la dalle du plancher de la cave ou du garage. Dans certaines conditions, la pyrite peut s’oxyder et produire une sorte de poudre blanche qui gonfle et cause, entre autres, des soulèvements de dalle ainsi que des fissures au solage et aux cloisons ».

Après avoir pris connaissance du rapport qui vous a été remis, plusieurs questions vous viennent à l’esprit. En effet, ce rapport indique que l’indice IPPG (indice pétrographique du potentiel de gonflement) est légèrement élevé. D’autres facteurs doivent aussi être pris en considération afin d’évaluer le risque réel de désordres, mais l’IPPG est un élément important dans l’évaluation globale.

Vous appellerez peut-être alors le laboratoire qui a effectué le test et parlerez à un spécialiste. Du moins, nous vous le recommandons fortement. À la suite de cette discussion et tel que le rapport le précise, le spécialiste vous dira peut être que même si l’IPPG est moyennement élevé, les désordres qui pourraient survenir ne sont que d’ordre esthétique.

En matière de valeur immobilière, il est primordial de toujours envisager la revente d’une propriété. La valeur de celle-ci est influencée par une foule de facteurs qui peuvent faire fluctuer le prix à la hausse ou à la baisse. Il est très important de mettre toutes les chances de votre côté en éliminant tous les irritants possibles.

Même si l’IPPG est moyennement élevé, cela pourrait avoir un impact lorsque vous voudrez vendre votre maison, surtout si le marché est plus lent ou si un trop grand nombre de maisons sont disponibles au même moment.

Voici quelques ressources qui pourraient vous être utiles si vous rencontrez un tel problème :
Association des consommateurs pour la qualité de la construction
Association provinciale des constructeurs d’habitations du Québec
Association des consultants et laboratoires experts (ACLE)

Article rédigé par l’agence immobilière Garcia & Lapierre.

Heureux d’un printemps!

Les changements climatiques : un impact réel sur nos maisons et nos vies

Depuis quelques années, nous subissons plusieurs cycles de gel et dégel durant la période hivernale pouvant causer des infiltrations précoces. Ces infiltrations proviennent, dans la plupart des cas, des fenêtres, mais aussi des fissures ou même de la dalle de plancher. Nous remarquons aussi l’augmentation des bris d’aqueducs, puisque les effets du gel et dégel conduisent la gelée plus profondément dans le sol. Il est donc devenu nécessaire de nous ajuster par rapport à ces changements afin d’en réduire les problèmes qui en découlent.

L’arrivée du printemps

Les conditions climatiques douces et ensoleillées ont un effet extraordinaire sur notre moral et provoquent chez la plupart des gens un enthousiasme contagieux. Malheureusement, pour des milliers de personnes, température douce est aussi synonyme d’infiltrations d’eau… Il y a là matière à vous saper le moral.

Lors du dernier trimestre, nous avons identifié des points à vérifier pour préparer sa maison pour l’hiver. Si vous n’avez pas procédé à ces vérifications, il est toujours temps de le faire. Mais n’oubliez pas, puisque rien n’est éternel, l’imperméabilisation ainsi que le drainage de votre fondation ont aussi une durée de vie limitée.

Diverses sources, solutions diverses

Les fissures de béton sont très fréquentes et peuvent s’attaquer à n’importe quelles fondations et structures de béton. On retrouve différents types de fissures et toutes ont leurs causes et leurs conséquences distinctives.

Les fissures peuvent être passives ou actives, il est essentiel de le déterminer avant de procéder à quelque réparation que ce soit.

Les fissures dues au retrait du béton, à un mauvais compactage initial ou au remblayage prématuré du sol autour de la fondation sont dites passives, car elles se stabilisent habituellement après un an ou deux. Un propriétaire consciencieux ne courra toutefois pas le risque et envisagera une réparation définitive de ces fissures.

Par contre, les fissures causées par un problème de drainage, par une contamination de pyrite, par le soulèvement dû au gel, par un affaissement ou par un sol de mauvaise qualité peuvent être encore actives et le propriétaire court alors le risque de voir son problème s’aggraver. Il sera important de s’assurer que la fissure ne bougera plus après une réparation par injection, en renforçant la fondation à l’aide d’ancrages d’acier.

Les racines d’arbres, l’affaissement dû aux mouvements du sol, un remblayage inadéquat ou effectué trop tôt, le soulèvement dû au gel, la poussée du sol, un drain français non fonctionnel ou absent, une mauvaise mise en œuvre du béton ou une conception erronée sont autant de causes de fissures dans les murs de fondations.

Si vous voulez avoir l’heure juste sur l’état de votre fondation, les entreprises Draineau vous offrent un service d’expertise qui vous éclairera sur plusieurs points :

  1. Inclinaisons des pentes et environnement
  2. Fissuration du béton et tige de métal (rod)
  3. Qualité du béton
  4. Test de drain français (efficacité)
  5. Margelle et drainage sur fenêtre
  6. Lacune de construction ou modification du bâtiment
  7. Bassin de captation, système de pompage et d’évacuation
  8. Type de sol (remblai, assèchement, poussée)
  9. Calfeutrage et isolation
  10. Test de pyrite (exécuté par un laboratoire)

 

Martin Defoy
Technicien en fondation

Les Entreprises Draineau
www.draineau.com

Votre promesse d’achat est acceptée : vos obligations

Une fois votre promesse d’achat acceptée, vous devez respecter vos obligations. Vous devrez par exemple procéder à une inspection en bâtiment, à une analyse des matériaux de remblais, obtenir un prêt hypothécaire, etc. Bref, vous devrez faire votre part pour remplir les différentes conditions figurant à la promesse d’achat.

Chacune de ces étapes du processus d’achat doit être réalisée à l’intérieur de certains délais. Il est important de veiller à respecter ces délais sans quoi la promesse d’achat pourrait être déclarée nulle et non avenue et vous perdriez alors votre achat.

Pour votre inspection, vous aurez probablement recours aux services d’un expert en bâtiment. Assurez-vous que ce dernier détienne une assurance professionnelle. Une fois sur place, votre inspecteur vous indiquera certains détails mineurs liés à la propriété que vous désirez acheter. Par contre, il se peut aussi que l’inspection révèle des irrégularités de plus grande importance. Vous devrez alors discuter avec votre inspecteur du coût des travaux à réaliser pour corriger ces irrégularités. Il est possible que, suite à l’inspection, vous ayez à négocier une réduction du prix en fonction de l’ampleur des travaux à réaliser ou encore que vous demandiez au vendeur de réaliser ces travaux avant que vous ne preniez possession de la maison. Dans tous les cas, c’est votre courtier immobilier qui négociera pour vous auprès du vendeur.

Si vous optez pour une diminution de prix de vente parce que la toiture est à refaire, par exemple, vous pourrez demander une réduction de prix correspondant au montant total des travaux de réfection. Cependant, le vendeur pourrait refuser de payer la totalité des travaux et vous faire une contre-proposition. Il faut évidemment garder en tête que le bien que vous achetez n’est pas neuf et qu’il serait déraisonnable de s’attendre à ce qu’il vienne avec une toiture complètement neuve.

Si vous préférez que le vendeur se charge de faire faire les travaux avant que vous ne preniez possession du bien immobilier, assurez-vous qu’ils soient réalisés par des professionnels, qu’une garantie s’y rattache et qu’ils soient effectués avant la signature de l’acte de vente. De plus, prévoyez une clause à la promesse d’achat selon laquelle un montant équivalent au coût des réparations serait retranché du prix d’achat advenant le cas où le vendeur aurait omis de faire faire les travaux.

Il est aussi de votre devoir de prendre connaissances des documents fournis par le vendeur tels que le rapport d’analyse des matériaux de remblais, la déclaration de copropriété et les états financiers (dans le cas d’un condo), etc. N’oubliez pas que si vous ne remplissez pas vos obligations dans les délais prescrits, vous serez dans l’obligation d’acheter la propriété et ce, même si certains éléments ne vous satisfont pas. Votre courtier immobilier vous aidera à interpréter ces documents parfois compliqués mais qui permettent de vous assurer que vous faites un bon achat.

À quel moment une promesse d’achat devient-elle finale?

La promesse d’achat contient généralement certaines conditions qui devront être remplies afin que la vente ait lieu.

La première condition à remplir est l’obtention, par l’acheteur, d’un prêt hypothécaire. À partir de l’acceptation de la promesse d’achat ou de la contre-proposition, l’acheteur disposera d’un délai allant entre sept et quinze jours pour obtenir son prêt. Une fois le prêt obtenu, l’acheteur devra fournir au vendeur une copie de la lettre d’engagement fournie par l’institution prêteuse. À cette lettre doivent figurer les noms complets des acheteurs, le montant exact emprunté, le taux d’intérêts et, idéalement, la date des déboursés. Advenant le cas où l’acheteur, une fois le délai écoulé, n’aurait pas fourni ce document, le vendeur pourrait exiger que l’acheteur présente une nouvelle demande de prêt aux mêmes conditions. Si l’acheteur se voit refuser le prêt, la promesse d’achat devient alors nulle et non avenue et les deux parties sont libérées de leurs engagements mutuels.

D’autres conditions peuvent aussi apparaître à la promesse d’achat. Une analyse des matériaux de remblais (pyrite), divers tests (radon, amiante, ocre ferreuse), une analyse d’eau dans le cas d’un puits artésien, une inspection en bâtiment, la consultation de la déclaration de copropriété (dans le cas d’un condo) ne sont que quelques exemples de vérifications à effectuer et qui font souvent l’objet de conditions à la promesse d’achat.

Ce qu’il est important de retenir, c’est que tant et aussi longtemps que les conditions ne sont pas remplies pour l’acheteur et à l’intérieur des délais stipulés à la promesse d’achat, la vente n’est pas finale et l’acheteur peut se désister de ses engagements. N’oubliez pas que bien qu’une promesse d’achat lie juridiquement les parties, ce n’est qu’une fois remplies toutes les conditions y figurant qu’elle devient finale.

Si l’acheteur n’est pas satisfait de l’inspection ou de toute autre vérification faisant l’objet d’une condition à la promesse d’achat, il doit le signaler par écrit au vendeur à l’intérieur des délais prescrits au moyen d’un envoi recommandé ou par huissier. La promesse d’achat devient alors nulle et non avenue. Si l’acheteur omettait de présenter cette signification écrite, il se verrait forcé d’acheter le bien dans l’état ou il se trouve.

Protégez vos droits en matière de vices cachés

Vous avez acheté, il y a maintenant quelques mois, la propriété tant convoitée. Aujourd’hui, votre rêve se transforme en cauchemar, car vous êtes victime d’importantes infiltrations d’eau.

Quoi faire?

Tout d’abord, il faut savoir que la loi prévoit, pour les vendeurs, une obligation de vendre un bien de qualité. Toutefois, cette obligation peut être écartée lors de l’achat, en ajoutant une clause à cet effet. Il pourrait donc être indiqué «vente faite sans garantie légale» ou «achat aux risques et périls de l’acheteur».

Ainsi, advenant la découverte d’un vice, le vendeur pourra être tenu responsable. Le vice est qualifié de « vice caché » lorsqu’il rencontre certains critères :

  • vice préexistant au moment de la vente;
  • vice non détectable par un examen diligent par l’acheteur;
  • vice grave affectant l’utilité.

Il importe donc, dès la découverte d’un problème, d’investiguer afin d’en connaitre la nature et l’étendue.

Afin de s’assurer de conserver ses recours, il est également primordial de contacter par écrit votre vendeur afin de lui dénoncer le vice découvert. Cette dénonciation doit être transmise le plus rapidement possible (à l’intérieur d’un délai de 3 mois de la  découverte) et avant l’exécution de quelques travaux que ce soit. En effet, le vendeur doit disposer de la possibilité de constater lui-même la situation et de faire expertiser à son tour, s’il y a lieu. À défaut, vous pourriez voir votre réclamation refusée.

La dénonciation devra contenir :

  • un bref rappel des faits;
  • une description du vice découvert;
  • une indication à savoir que le vendeur est
  • responsable de la situation;
  • un délai pour agir ou venir visiter l’immeuble, le cas échéant.

Suivant la dénonciation, advenant le refus de collaborer ou l’impossibilité de convenir d’une entente, des procédures pourront être entreprises devant les tribunaux.

La compétence de la Division des petites créances de la Cour du Québec est limitée à 7 000,00 $ et celle de la Chambre civile de la Cour du Québec entre 7 000,01 $ et 70 000,00 $. Au-delà de ces montants, la Cour Supérieure devra être saisie du dossier.

Finalement, il faut retenir que le délai de prescription d’un recours en vices cachés est établi à 3 ans de la découverte du vice.

N’hésitez pas à vous informer de vos droits, car la prévention demeure le meilleur des remèdes.

 

Me Josée M. Gagnon, B.A., LL.B.
Avocate

avocat@gagnonetassocies.com
www.gagnonetassocies.com

Qu’est-ce qu’un certificat DB avant l’achat de votre maison?

Le certificat DB est un document préparé par un géologue décrivant la composition de la pierre de remblai utilisée lors de la construction d’une maison. Cette pierre est installée sous les semelles de fondation et du plancher de cave. Le certificat DB existe seulement depuis quelques années. Il est toujours requis lors de l’achat d’une propriété, soit neuve ou usagée.

L’acheteur doit toujours en faire la demande au vendeur ou au constructeur. Ce document doit comporter certaines informations, soit l’analyse pétrographique signée par un géologue, l’adresse complète de la propriété ainsi que tous les bons de livraison de ladite pierre.

À la revente d’une propriété et si un certificat a déjà été émis pour celle-ci, il n’est pas nécessaire de faire effectuer à nouveau des analyses de sol. Donc, conservez précieusement ce certificat, car il vous sera utile lors d’une éventuelle revente.

 

Connaissez-vous la valeur réelle de la propriété que vous désirez acheter?

Acheter une propriété comporte quelques risques, dont celui de payer trop cher pour sa maison. Pour réduire ces risques, il est important de bien étudier le marché et de s’entourer de professionnels compétents.

Il faut savoir qu’il existe plusieurs nuances dans la valeur d’un bien immobilier. Bien que cela semble simple à priori, une personne non avisée pourrait commettre des erreurs coûteuses. En effet, plusieurs choses doivent être prises en considération lors de l’évaluation d’un bien immobilier. Les dimensions du terrain, la proximité des services et la qualité des matériaux de construction sont les premiers éléments sur lesquels un acheteur potentiel s’attardera. Plusieurs détails moins évidents sont néanmoins susceptibles d’influencer le prix d’une propriété. Les désuétudes fonctionnelles en sont un bon exemple. Par désuétudes fonctionnelles, on entend par exemple un sous-sol mal divisé, une cuisine non-fonctionnelle ou mal éclairée, un quartier non-homogène ou qui a mauvaise réputation.

Ces éléments, qui semblent banals, ont en réalité une grande influence sur la valeur d’une propriété. C’est pourquoi un expert utilisera toutes les ressources à sa disposition pour évaluer le prix d’un bien immobilier. En plus de se fier à son expérience, il pourra notamment se servir des comparables, c’est-à-dire d’une liste de biens similaires vendus récemment dans le même secteur.

Aujourd’hui, il n’est pas rare de rencontrer des acheteurs qui ont payé beaucoup trop cher pour leur maison. L’accès à l’information étant maintenant facilité par Internet, trop de gens sont trompés par certaines informations fausses ou incomplètes. Rappelez-vous qu’un vendeur peut annoncer sa maison à n’importe quel prix. L’acheteur doit alors mettre toutes les ressources à sa disposition pour prendre une décision éclairée.

Vous avez décidé de vendre votre propriété?

Avant de procéder à la mise en vente de votre maison, votre condo ou tout autre bien immobilier, vous devez impérativement connaître sa valeur marchande. Deux choix s’offrent à vous : faire appel à un évaluateur agréé ou à un courtier immobilier.

Généralement, le courtier ou l’agence immobilière vous offrent ces services gratuitement, contrairement à l’évaluateur agréé.

De plus, un des avantages marqués du courtier immobilier sera de connaître la tendance du marché dans votre secteur. Préalablement, le courtier visitera votre propriété et recueillera toutes les informations nécessaires à la préparation d’une opinion de la valeur marchande de ce bien immobilier, telles que les dimensions de la propriété et du terrain, le nombre de pièces (chambres à coucher, etc.), les aménagements intérieur et extérieur, la qualité des matériaux, les rénovations effectuées, s’il y a lieu.

Il est évident qu’un grand nombre de détails et paramètres auront également une influence sur le prix de vente possible, dont notamment le secteur, la tendance du marché dans le quartier, l’état de l’économie régionale et nationale. Avec toutes ces informations réunies, le courtier immobilier sera en mesure de vous présenter et de vous expliquer en détail le résultat de son analyse comparative.

Dans cette analyse, il aura tenu compte des propriétés en vente similaires, presque similaires ou offrant les mêmes aménagements que la vôtre. Aussi, il aura comparé les propriétés vendues récemment dans votre secteur. Avec les mêmes critères cités précédemment, auront également été prises en compte les différences offertes telles qu’un sous-sol fini ou non, un système de chauffage électrique conventionnel ou un système à air pulsé, avec poêle à chaleur, un plus grand terrain, une piste cyclable ou un boisé adossé à une cour arrière. Toutes ces différences influenceront aussi la valeur marchande de votre maison ou appartement.

Finalement, c’est à partir de tous ces éléments que votre courtier et vous-même pourrez établir une mise à prix et une stratégie de vente. Il ne faut surtout pas oublier que la connaissance parfaite du secteur dans lequel votre courtier opère est d’une importance capitale. Car comme vous l’avez compris, une foule d’éléments, parfois subtils, peuvent grandement influencer la vente d’un bien immobilier.